Les acouphènes en énergétique chinoise

Qui n’a jamais eu les oreilles qui sifflent? Quand ça dure quelques secondes, rien de bien gênant. Mais lorsqu’ils s’installent ces sifflements importuns deviennent vite difficiles à supporter, voire, dans les cas les plus prononcés, intolérables. 

Ce sont les fameux acouphènes, soit la perception d’un son, constant ou intermittent, qui ne trouve pas sa source objective à l’extérieur. Il peut s’agir de bruits qui rappellent ceux d’un moteur, de grillons, de sifflets, du roulement des vagues… Il y en a une telle variété qu’il existe des applications mobiles dont l’objet est d’aider leurs utilisateurs à déterminer le type de bruit qui encombre leurs oreilles. Elles sont promises à un bel avenir compte tenu de la prévalence de cette pathologie: en France, pas moins de huit millions d’adultes en souffrent. Or, les acouphènes sont souvent perçus comme une fatalité en Occident, où aucun traitement n’est proposé, au-delà de quelques subterfuges, comme les aides auditives: amplificateurs des sons extérieurs ou générateurs de bruit qui occultent ceux produits par les acouphènes. 

En énergétique chinoise, les réponses apportées sont bien sûr très différentes, non seulement parce que les techniques proposées plongent leurs racines dans des traditions millénaires, bien loin des nouvelles technologies (parfois fort utiles) utilisées dans nos contrées, mais aussi tout simplement parce que la compréhension de ce phénomène diffère souvent de celui des Occidentaux. C’est ce que nous allons détailler maintenant. 

Les causes de ce trouble reconnues en médecine occidentale sont de plusieurs ordres: dégénérescence de la structure de l’oreille liée à l’âge, traumatisme acoustique, présence d’un bouchon de cérumen ou d’une otite, atteinte du nerf auditif ou de l’oreille interne, maladie de Menière… 

Vieillissement et traumatisme

En énergétique traditionnelle chinoise, le vieillissement ou le traumatisme acoustique sont aussi invoqués pour expliquer la survenue d’acouphènes. 

Le vieillissement, d’abord: en énergétique chinoise, chaque organe Yin (le Rein, le Foie, la Rate, Le Poumon, le Coeur) contrôle un sens ou un orifice des sens. Dans le cas de l’oreille, l’organe référent est le Rein. On peut ainsi lire dans le Suwen: “Les oreilles appartiennent au Rein, elles entendent et écoutent”. Le Rein nourrit les oreilles et favorise l’audition. Or le Rein est aussi l’organe qui abrite le “Jing”, ou Essence, dont nous sommes dotés à la naissance et qui correspond, peu ou prou, à notre “potentiel vital”: notre patrimoine génétique, en quelque sorte. A mesure que nous vieillissons, le Jing s’amenuise, le Rein s’affaiblit donc, et, par voie de conséquence, l’orifice qui lui est associé: l’oreille. De même le Yang ou le Yin du Rein perdent de leur vigueur mécaniquement avec l’âge. D’où les fréquents problèmes auditifs qui affectent les personnes âgées, comme, vous l’avez deviné, les acouphènes. Ces derniers apparaissent progressivement, et sont de tonalité basse. Ils sont souvent associés au syndrome de Vide de Jing du Rein.

De même, en MTC, le traumatisme est, comme en médecine occidentale, considéré comme une cause d’apparition des acouphènes. L’exposition à des décibels trop élevés, facteur pathogène externe qui vient perturber la mécanique auditive, peut entraîner la survenue de sifflements. Ces acouphènes relèvent alors d’un syndrome de plénitude et non de déficience, comme c’était le cas pour les syndromes associés au Rein.

Mais d’autres déséquilibres, cette fois éloignés des analyses étiologiques occidentales, peuvent intervenir dans l’apparition d’acouphènes. Détaillons-en quelques-unes, sans chercher l’exhaustivité. 

Un Foie sous pression

L’état du Foie peut ainsi être lié à leur survenue, notamment parce que le trajet méridien de la Vésicule Biliaire (Zu Shaoyang), son entraille associée, contourne l’oreille, tout comme le méridien du Triple Réchauffeur (Shou Shaoyang). Un Foie sous pression de façon chronique, à cause du stress ou d’une gestion émotionnelle défaillante, peut finir par engendrer un Feu du Foie (qui monte à la tête) ou par s’épuiser et se retrouver dans l’incapacité de contrôler la montée de son Yang. La montée du Yang ou du Feu du Foie dans la tête peut provoquer des acouphènes qui se caractérisent alors par leur apparition brutale et leur tonalité aigüe. 

La formation de glaires (Tan), issue d’une alimentation trop grasse, trop sucrée, ou irrégulière, est aussi à l’origine de certains types d’acouphènes. En énergétique chinoise, on considère que le Tan peut empêcher le Qi de circuler harmonieusement dans la tête, notamment au niveau des “orifices” sensoriels (bouche, nez, yeux, oreilles). Les acouphènes sont alors associés à des sensations de vertige. Il peut alors être utile d’adopter de nouvelles habitudes alimentaires afin de favoriser la transformation des glaires et de tonifier la Rate. 

Enfin, un Qi du Coeur et du Poumon sans force, affaibli, par exemple, par des troubles émotionnels récurrents ou chroniques comme la tristesse ou l’inquiétude, ne peut parvenir à la tête, provoquant également des acouphènes d’apparition progressive. Il est à noter qu’outre le Rein, le Coeur a un lien particulier avec l’Oreille puisque, le “Shen”, ou Esprit, abrité par le Coeur, régule tous les sens, dont l’audition. 

On remarquera que, comme souvent en énergétique chinoise, une bonne hygiène de vie, notamment alimentaire, et une gestion émotionnelle correcte, peuvent prévenir la survenue du déséquilibre. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :