Les pathologies ostéo-articulaires en énergétique chinoise (3/3)

Poursuivons notre étude des maladies ostéo-articulaires en médecine traditionnelle chinoise. Alors que les textes classiques considéraient les facteurs pathogènes externes comme la cause principale du syndrome Bi, pour les praticiens chinois contemporains, les véritables responsables sont à chercher à l’intérieur de l’organisme. Comme nous l’avons vu précédemment, la présence d’un vide général de Qi et de Sang prédispose le corps à l’invasion des facteurs externes, et, par voie de conséquence, à l’apparition d’un Syndrome Bi. Ce dernier entraîne une stagnation de Qi et de Sang qui occasionne la douleur. 

Bi des Os

Giovanni Maciocia considère par ailleurs que la chronicisation de tout syndrome Bi aboutit à la formation d’un Syndrome Bi des Os. Le processus pathologique est le suivant: “l’obstruction persistante des articulations par des facteurs pathogènes externes amène à la rétention des fluides corporels, qui se transforment en mucosités, lesquelles obstruent encore plus les articulations et les Méridiens”. Le Syndrome Bi est alors désormais interne et affecte l’organisme au-delà du “Cou”, c’est à dire des articulations, des muscles et des méridiens, pour atteindre les organes internes. 

La présence de mucosités (ou Tan) ou les attaques répétées de Vent-Froid-Humidité finissent par altérer la circulation du Sang et par générer une stase de Sang, laquelle aggrave l’obstruction et cause une douleur accrue. Cette douleur est en général fixe et plus intense la nuit. 

Selon certains auteurs, les mucosités et la stase de Sang sont de fait les principaux facteurs pathogènes internes responsables du Syndrome Bi chronique. L’obstruction occasionnée par la présence de ces deux pathogènes provoque la dénutrition des tissus et, in fine, la lésion ou la destruction partielle des tendons, os et articulations. Elle crée, ce faisant, les déformations typiques des rhumatismes chroniques. 

Déficience du Foie et du Rein

Ces deux facteurs pathogènes (la Stase de Sang et le Tan) sont aggravés par la déficience du Foie et du Rein, dont nous avons vu, lors du premier volet de cette étude, qu’ils jouent un rôle crucial dans l’état de santé du système ostéo-articulaire. Le vide de Yin du Foie prive les tendons de nutrition et provoque ainsi la rigidité et la douleur articulaires. La déficience du Rein, quant à elle, affecte les Os et facilite l’accumulation de Tan dans les articulations, et, par conséquent, leur déformation. 

***

Notons que certains auteurs considèrent qu’il existe, au-delà du Syndrome Bi, un autre syndrome relatif au système ostéo-articulaire. Il s’agit des Li Jie Bing, ou “maladie des cent articulations”. Cette catégorie inclut les syndromes poly-articulaires caractérisés par la présence d’une inflammation, d’un gonflement, d’une déformation, qui évoluent par crise. On peut, dans une certaine mesure, dresser un parallèle entre les Li Jie Bing et les pathologies poly-articulaires définies selon les critères occidentaux, comme la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite ankylosante, ou la goutte. 

Comme dans le cadre de syndrome Bi, les déficiences internes favorisent la pénétration de facteurs pathogènes extérieurs qui déclenchent la maladie. Ici, ce sont les vides de Jing du Rein et de Foie qui provoquent une stagnation de Qi, du Sang et du Qi défensif (Wei Qi) dans les articulations, rappellent De Wurstemberger et Du Bois. La maladie évolue ensuite en alternant périodes de crise (où le vide de Yin provoque une fausse Chaleur, des douleurs lombaires et aux genoux) et de rémission (où le vide de Yang prédomine avec un engourdissement articulaire, de la sueur spontanée et de la faiblesse). 

***

En conclusion, en énergétique traditionnelle chinoise, l’appréhension des maladies articulaires est complexe et aux antipodes des considérations occidentales. Seul élément commun: la présence, ou non, d’une inflammation. Tandis que la MTC considère que la cause première de ces pathologies est interne et réside dans des déficiences de Qi, Sang, Foie, et / ou Rein, la médecine occidentale cherche encore les facteurs déterminants de ces maladies, bien qu’elle s’oriente vers la génétique, l’hygiène de vie (obésité, sédentarité…), et les facteurs auto-immuns.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :